Executive Compensation & Corporate Governance : Insights 2016

Salaires des managers: accent mis sur la performance et la communication

Depuis 2007, la rémunération des managers des entreprises du SMIM est ajustée à celle des entreprises du SMI et augmente plus rapidement que les rémunérations dans les « small caps ». Dans les moyennes et grandes entreprises, la rémunération sous forme d’actions est plus importante. Cette rémunération variable augmente en cas de bonnes performances et baisse en cas de mauvais résultats. La communication avec les actionnaires gagne en importance. Tels sont les résultats de l’étude « Executive Compensation & Corporate Governance: Insights 2016 » de PwC Suisse.

Cliquez ici pour lire l’étude en ligne.

 

Portrait of successful senior businesswoman standing in factory shopfloor with digital tablet

Vous trouverez  plus d’information ici.

ORAb: apprendre des expériences

La mise en œuvre de l’Ordonnance contre les rémunérations abusives (ORAb) avance bien. Cet article vous présente les principales expériences faites dans la pratique et vous découvrirez aussi pourquoi un système de «say-on-pay» équilibré renforce la création de valeur d’une entreprise.

Les thèmes de l’article

  • Des assemblées générales plus complètes
  • Élection du comité de rémunération et «say-on-pay»
  • Besoins en informations pour le «say-on-pay»

En savoir plus

Conclusion

Par rapport à d’autres sujets tels que la structure des capitaux ou la politique des dividendes (étroitement liées à la stratégie de croissance de l’entreprise), la rémunération peut paraître secondaire. Nous sommes cependant convaincus que la mise en œuvre conséquente d’un système de rémunération équilibré représente un facteur de réussite stratégique pour l’entreprise.

Le nouvel environnement réglementaire pose des exigences élevées aux parties prenantes. La préparation des points de l’ordre du jour concernant le «say-on-pay» – c’est-à-dire l’élaboration d’un rapport de rémunération informatif, des documents et de l’argumentation des demandes aux actionnaires – exige énormément de travail de la part du conseil d’administration et de la direction de sociétés cotées en Bourse. Les entreprises peuvent néanmoins profiter d’une approche globale, c’est-à-dire de la collaboration à un stade précoce des ressources humaines, des services juridique et financier et du conseil d’administration. Un système «say-on-pay» efficace se base sur une gestion d’entreprise axée sur la valeur et se reflète dans le «value reporting». Le management, les actionnaires et autres groupes d’intérêt partagent ainsi une conception uniforme des facteurs de réussite et des défis de l’entreprise. Ce consensus permet au final de prendre de meilleures décisions qui créent de la valeur ajoutée.