Agents fiduciaires et externalisation de services de PME

Depuis des années, les PME travaillent régulièrement avec des agents fiduciaires. Face à l’émergence de nouveaux modèles d’affaires et à la tendance à l’externalisation de fonctions administratives, le rôle des sociétés fiduciaires traditionnelles évolue. Certaines se sont spécialisées dans la gestion et l’exploitation de fonctions financières, de systèmes informatiques et de processus de services intégrés.

Les thèmes de l’article:

  • Aspects variés des projets d’externalisation
  • Des processus du personnel complexes

En savoir plus

Conclusion

L’image du métier de fiduciaire évolue. Si tous les membres de cette profession ne suivent pas cette tendance, certaines grandes entreprises du secteur fiduciaire se sont d’ores et déjà établies en tant que prestataire de processus de services externalisés. Leurs clients souhaitent se décharger des processus administratifs chronophages et rationaliser les fonctions financières répétitives en les confiant à un Centre de services partagés (CSP). Ce faisant, il s’agit souvent moins de faire des économies que de tirer parti de manière ciblée de l’expertise technique et juridique de spécialistes ainsi que de leurs compétences en matière de processus.

Les sociétés fiduciaires intègres qui se chargent de processus externalisés proposent bien plus que des plates-formes électroniques. En plus de fournir du savoir-faire et des connaissances spécialisées, elles veillent notamment aussi à la gestion des risques des processus externalisés. Pour l’entreprise qui externalise, un principe s’applique: «externalisé» ne doit pas signifier «loin des yeux, loin du cœur». Les relations entre le fiduciaire et son donneur d’ordre fonctionnent bien si ce dernier désigne un interlocuteur responsable de la bonne collaboration avec le prestataire, en lui fournissant les informations nécessaires.

Externalisation et offshoring de fonctions financières

Les grandes entreprises externalisent leurs fonctions financières depuis longtemps. Ces dernières années, de plus en plus de petites et moyennes entreprises ont, elles aussi, commencé à confier leurs processus financiers à des prestataires externes. La décision d’externaliser revêt un caractère stratégique et ne peut être prise sérieusement que sur la base d’un business case approfondi.

Les thèmes de l’article:

  • Nearshoring pour les PME
  • Pressions sur les coûts et les marges
  • Focalisation sur les compétences clés
  • Sécurité opérationnelle
  • Stratégies de mise en œuvre

En savoir plus

Conclusion

Les pressions sur les délais et les marges, le souhait et la nécessité de se recentrer sur ses compétences-clés et d’externaliser tout le reste dans la mesure du possible, ainsi que l’optimisation de la sécurité opérationnelle des processus sont autant de raisons expliquant pourquoi les services partagés ont encore de beaux jours devant eux.

Il existe toujours plus de prestataires hautement spécialisés qui offrent leurs services à un grand nombre de petites entreprises plutôt qu’à de grandes entreprises, faisant de l’externalisation une option intéressante pour les PME aussi. Cependant, les PME ne peuvent se financer des services partagés centralisés en interne et privilégient plutôt une externalisation à proximité (nearshoring) que dans un pays lointain (farshoring).

Souvent, les processus des PME n’ont pas encore atteint un niveau de maturité élevé et ne sont ni optimisés ni standardisés. Ils ne peuvent être externalisés que si le business case a été bien calculé.

Lors de l’externalisation, les PME en particulier doivent tenir compte du fait qu’elles déclenchent un tournant culturel. Si les intentions de la direction ne sont pas clairement expliquées, le risque est de perdre les collaborateurs qui ont un bon profil sur le marché du travail et qui trouvent le plus rapidement un nouvel emploi.

Une consolidation est prévisible chez les prestataires de PME, car ils doivent eux aussi miser sur de grandes quantités, et les prestataires sous-dimensionnés ne pourront plus faire face à la concurrence.